80’s

now browsing by tag

 
 

Années 80 sont celles de l’hédonisme froid

LES ANNÉES 80

année 80

Années 80 sont celles de l’hédonisme froid

Le règne de l’image. Peu importe la chanson, pourvu qu’on ait le clip. Plus que la sensualité, le plaisir et la jouissance, c’est l’image de la jouissance qui compte.

Publicitaires qui se prennent pour des artistes, artistes rabaissés au rang de produits. Le divertissement est plus que jamais la propriété d’une industrie sans âme. Les studios reprennent la main à Hollywood, renvoyant dans les cordes les grands auteurs-réalisateurs des années 70. Exit le Parrain, bonjour Crocodile Dundee.

Les mots « artistes » et « musiciens » ont-ils encore un sens pour l’industrie du disque des années 80 ? Non pas que l’industrie de la musique ait été auparavant respectable et vertueuse, mais dans les années 80, on descend encore d’un cran dans la médiocrité et le mépris de la musique.

Tout le travail était fait en amont pour trouver la fille aux bonnes mensurations – la voix, peu importe, le playback, c’est pas fait pour les chiens –, puis plancher sur son look, séances-photos, gros travail autour du clip, choisir le bon réal, une histoire simple et un visuel surchargé de couleurs, auditionner les danseurs, les figurants … merde, manque la musique… un coup de boîte à rythmes, une petite mélodie de synthé sur 3-4 notes, une ou deux boucles de sons électroniques, emballez c’est pesé ! C’est très cliché, me direz-vous, mais pas autant que la musique au kilomètre que vomissait la bande FM.

année 80L’esthétique dominante des années 80 est quasi-indéfendable. Pour toutes les raisons évoquées ci-avant, mais aussi parce qu’elle n’est au fond qu’une resucée de l’esthétique 60’s… en beaucoup moins bien. La musique pop un peu niaise, colorée, légère, sexy, insouciante, « bubblegum », les 60’s nous avaient déjà fait le coup. Mais à l’époque, c’était nouveau, on ne pouvait lui enlever une certaine fraîcheur. La musique dominante des 80’s, c’est la musique des 60’s en boîte.

A échelle industrielle. Même s’il existe plein de tubes pop anecdotiques des années 80 qui ont leur charme – et qui ne sont pas beaucoup plus honteux que ceux des décennies précédentes – même si tout n’était pas à jeter, loin de là, y compris chez certaines têtes de gondole de l’industrie du disque, c’est l’esthétique dominante des 80’s qui tire l’art et la musique populaire vers le bas.

Ceux qui ont résisté à cette régression n’en ont que plus de mérite… En contrepoids à cette esthétique grotesque, d’autres, beaucoup plus intéressantes ont, de manière plus ou moins underground, parcouru les 80’s : coldwave, post-punk (toutes deux apparues fin des 70’s), rap, indie rock, indus, noise rock, techno de Detroit.  

Je me suis dans cet article limité à la musique “pop”, tant le jazz ou la musique contemporaine étaient invisibles dans les 80’s (et ce n’était sûrement pas leur meilleure période), mais ils ont bien évidemment donné naissance à quelques oeuvres importantes, l’occasion d’un futur article…  

Enfin, rien de tel pour terminer un long article… qu’une longue playlist. La “bande-son idéale des années 80”.

Sans la plupart des conneries que vous trouvez sur toutes les compils et playlists habituelles consacrées à ces années. Il ne s’agit pas pour autant d’une playlist élitiste composée de morceaux underground (j’ai dû me résoudre à retirer Einsturzende Neubauten), même s’il y a quelques chansons peu connues, mais une playlist qui regroupe le meilleur de la musique populaire de ces années-là.

Les chansons les plus marquantes, emblématiques, réussies, originales et/ou représentatives de la décennie. Une manière de se réconcilier – au moins un peu – avec ces foutues années 80…

Plus d’ information les années 80…